MySQL est loin d’être facile à mettre en œuvre ! Toutes les commandes doivent être entrées par une invite de commande, il n’y a pas d’interface visuelle. C’est pourquoi il faut avoir de bonnes connaissances en programmation pour créer et manipuler une base de données, sans quoi vous risquez de perdre beaucoup de temps, voire d’échouer. Le guide que vous allez lire se veut concret : nous allons créer une base de données de certains États américains avec leurs populations respectives

Créez et manipulez une base de données

Create a Database in MySQL
Créez votre base de données. Dans la ligne de commande MySQL, entrez la commande :CREATE DATABASE ;. Remplacez par le nom de votre base de données sans espace aucun.
Vous voulez créer une base de données portant sur les 50 États des États-Unis.
Vous devrez entrer quelque chose comme : CREATE DATABASE etats_amerique;
Nota bene : les commandes n’ont pas besoin d’être en majuscules.
Nota bene : une commande MySQL se termine toujours par « ; ». En cas d’oubli, mettez le point-virgule sur la ligne suivante pour valider la commande précédente.

Affichez la liste de vos bases de données. Entrez la commande SHOW DATABASES; qui liste les bases de données disponibles sur le serveur MySQL. En parallèle, vous verrez apparaître une base de données mysql (qui gère les accès et les privilèges) et une base test (qui sert aux utilisateurs pour y effectuer leurs tests). Pour l’instant, vous pouvez ignorer ces remarques.

Sélectionnez votre base de données. Une fois la base de données créée, vous devez la sélectionner afin de commencer son édition. Entrez la commande USE etats_amerique;. Un message s’affiche : Database changed, vous faisant savoir que votre base de données active est désormais etats_amerique.

Créez-vous une table. Au départ, elle est vide. C’est dans la table que vous allez entrer certaines informations. Pour en créer une, vous devez commencer par la structurer avec la commande initiale. Pour créer un tableau, entrez la requête suivante : CREATE TABLE etats (id INT NOT NULL PRIMARY KEY AUTO_INCREMENT, etat CHAR(25), population INT(9));. Ainsi vous créerez une table intitulée « etats » avec trois colonnes : id, etat et population.
La commande INT n’autorise que des nombres (entiers) dans le champ id
La requête NOT NULL permet de vérifier que le champ id n’a pas été laissé vide.
La requête PRIMARY KEY désigne le champ id comme clé primaire de la table. Une table ne peut avoir qu’une seule clé primaire et ne peut pas contenir deux valeurs identiques.
La requête AUTO_INCREMENT utilisé pour générer un identifiant unique pour les nouvelles lignes du champ id.
Les commandes CHAR(caractères) et INT(entiers) permettent de préciser le type de données attendues dans tel ou tel champ. Le nombre qui se trouve après la commande précise le nombre de caractères ou d’entiers que l’on peut entrer dans le champ.